L’humain au cœur de l’ingénierie
 

« Nous voulons que Porrentruy joue un rôle à l’étranger »

II manquait 8350 francs à Nazaire Savadogo, le président d’ADR, pour pouvoir ramener le materiel qu’il était venu chercher en Suisse. Malgré un délai très court, II est parvenu à récolter la somme, grâce au soutien notamment de ses contacts jurassiens que sont Laurent-Olivier Girard, Gérard Meyer et Paul Senn. Grace aussi au public qui est venu déposer 280 francs à la rédaction de L’Ajoie, a certaines entreprises du coin ainsi qu’au maire bruntrutain, Pierre-Arnauld Fueg. En effet, la municipalité a versé 5000 francs pour le financement du transport du container jusqu’en Afrique.

Soutenir le développement sur place

Ce sont donc des habits et des jouets pour les enfants, mais également des postes à souder, un chariot élévateur, une camionnette avec grue — gracieusement offerts par des entreprises d’ici — qui arriveront début janvier sur sal burkinabè. Autant de matériel qui permettra aux habitants de cette région sahélienne de réaliser eux-mêmes des filtres pour dépolluer l’eau des sources, pour la rendre potable donc. Relevons que La technique de filtrage a été créée en Ajoie par le groupe RWB qui a donné son autorisation pour La multiplication des infrastructures de ce type sur place.

Pour Porrentruy, cette action pourrait être la première d’une longue série. «Nous sommes sensibles au fait qu’il s’agisse d’un projet de développement, explique le maire. Nous ne souhaitons pas faire de l’assistanat. Jusqu’à maintenant, rien n’était prévu au budget pour de telles situations, mais j’aimerais que ça change. Au Conseil, nous sommes en train de recadrer nos actions, de réfléchir au rôle que peut jouer Porrentruy, petite ville de 6500 habitants, sur le plan international.

Dans ce cas précis, la ville est intervenue à deux reprises: en finançant le transport du container, on l’a dit, mais également en offrant du matériel. «Nous avons par exemple donné des vélos qui ont été volés mais que les propriétaires n’ont jamais réclamés, ainsi que du matériel informatique qui fonctionne, mais qui était devenu obsolète pour travailler ici. Et il en a d’autres, des idées, Pierre-Arnauld Fueg: « Au Conseil, nous sommes également très sensibles à une autre problématique, celle de l’alphabétisation. Une réflexion est en cours pour définir comment agir et par quel biais financer nos actions.

Donner la canne à pêche plutôt que du poisson

L’aspect développement est primordial pour le maire de Porrentruy. «On ne peut pas aider partout. Alors nous allons axer nos actions sur les projets qui offrent une aide à long terme sur place, qui permettent aux gens de sortir la tête de l’eau et de se débrouiller ensuite eux-mêmes.» Malgré un budget déficitaire? «Les gens qui ne peuvent pas vivre partent de chez eux et parfois arrivent ici, il ne faut pas l’oublier. On a, c’est vrai, l’habitude de se dire toujours «attention, ce n’est pas notre argent, c’est celui du contribuable», mais à force, on a tendance à oublier ce qui nous entoure. Aujourd’hui, j’estime que la commune est trop peu engagée et nous allons changer cela rapidement. Si on sait qu’ensuite il y a des gens qui peuvent lire ou boire de l’eau saine... «(ech)

 

Retour